Cécile Fatima

Parmi toutes celles qui ont joué un rôle prépondérant dans l'histoire de notre pays, une place à part doit être faite à Cécile Fatima, l'une des principales figures au congrès du bois Caïman où tous les fils de "Lafrik Guinen" étaient réunis pour définir une stratégie afin de sortir le pays du joug de l'esclavage. Rien de plus sinistre que cette réunion nocturne des nègres, dans l'épaisseur d'un bois, que la foudre éclairait par intervalles.

Les nègres, après avoir posté des sentinelles, par crainte de surprise, formèrent un grand cercle et s'assirent tous par terre.

L'un d'eux, cependant, prit la parole, et retraça avec véhémence la conduite injuste et inhumaine de leurs maîtres envers eux; il leur vanta beaucoup les délices de l'indépendance et de la liberté dont ils allaient enfin jouir. Ce discours arracha des larmes à tous les auditeurs et enflamma dans leurs coeurs le désir de la vengeance.

Après quelques cérémonies d'usage, une jeune femme, vêtue d'une tunique blanche, plongea le couteau sacré dans les entrailles de l'animal. Celle-ci s'appelait Cécile Fatiman, épouse de Louis Michel Pierrot qui commanda un bataillon militaire à Vertières et devint plus tard Président d'Haïti. Elle participa à la cérémonie du Bois Caïman: elle était une mambo, fille d'une négresse africaine et d'un prince corse. Cécile Fatima était une mulatresse aux yeux verts et à longue chevelure noire et soyeuse. Elle avait été vendue, avec sa mère, à Saint Domingue. Cécile Fatima vécut au Cap jusqu'à l'âge de 112 ans, en pleine possession de ses facultés.

Fatima est, s'il en fut, un prénom musulman, qui curieusement émerge au coeur même de cette cérémonie.

========

Among those that have played an important role in the history of our country, a special place should be made for Ccile Fatima, one of the main figures in the Congress of the bois Caiman where all sons of "Lafrik Guinen" gathered to define a strategy to extricate the country from the yoke of slavery. Nothing more sinister that the nocturnal meeting of the Negroes in the thick of a wood, that lightning lit up from time to time. The Negroes, after having posted people to watch for fear of surprise, formed a large circle and sat all on the ground.

One of them, however, took the floor, and retraced vehemently the unfair conduct and inhumane treatment of their masters toward them. He praised them much the delights of independence and freedom that they were finally going to enjoy. This speech brought tears to all listeners and kindled in their hearts the desire of vengeance.

After some sprcial ceremonies for the circumstance, a young woman, dressed in a white tunic, plunged the knife in the bowels of the animal. That woman was Cecile Fatime, the spouse of Louis Michel Pierrot who commanded a military battalion at Vertires and later became President of Haiti. She participated in the Bois Caiman ceremony, She was a voodoo priestess, daughter of an African negress and a Corsican prince

Ccile Fatima was a mulatto with green eyes and long hair black and silky. She had been sold, with her mother, in Santo Domingo. Ccile Fatima lived in Cape Town until the age of 112, in full possession of all of her senses (faculties). Fatima is a Muslim name, which curiously emerges in the heart of this ceremony.

Haut de page